Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Elevage Goyhenx à Nabas : innovation et stratégie

Elevage Goyhenx à Nabas : innovation et stratégie

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Installés à Nabas, Jean, Thérèse et Laurent Goyhenx valorisent leurs terres de pentes et coteaux par l’élevage de 80 Blondes d’Aquitaine. Toujours à la recherche du travail bien fait, ils sont curieux des techniques innovantes qui se développent. Avant d’adopter une conduite, ils posent une réflexion pour prendre des décisions stratégiques.

Une alimentation basée sur l’herbe

La ration est adaptée aux différentes catégories d’animaux. Les Goyhenx sont spécialement attentifs aux besoins des animaux les plus exigeants : génisses et primipares.
En été : le troupeau est réparti en trois lots :

  • enclos de 1.5ha pour les génisses, avec accès à la stabulation : foin au cornadis + 1.5kg de farine
  • les mères et leurs veaux : uniquement à l’herbe jusqu’au 15 juillet puis foin à volonté au champ ou ensilage d’herbe (dérobée)
  • les gestantes (vêlages d’automne) : uniquement à la pâture

En hiver : 
10kg Ensilage Herbe + 9 kg Ensilage Maïs + 4 kg Paille + 100g minéraux + 500g tourteau de soja (600g pour les primipares) + 750g farine de maïs (2kg pour les primipares)

Stratégie de marché

La famille Goyhenx produit trois catégories d’animaux : des vaches grasses, des broutards, et pour la quatrième année des taurillons. "On a commencé parce qu’on a dû engraisser un mâle destiné initialement à la reproduction. On a alors compris qu’il y a une marge à saisir !"
Une organisation a été mise en place pour optimiser l’occupation des bâtiments : tous les broutards nés de juillet à octobre sont engraissés. Les autres sont commercialisés en broutards. "Il faut que le dernier taurillon soit parti quand on rentre les vaches à l’automne".

Des veaux au soleil

Le parc bâtiment actuel est le résultat d’une réflexion perpétuelle alliant un souci du bien-être des animaux et d’une ergonomie de travail pour les hommes.
Une première stabulation de 50 places est construite en 1993, pour remplacer l’étable entravée sur lisier, suite à un voyage d’étude en Vendée.
Un Plan de Développement Durable pour la mise aux normes dote l’exploitation en 1998 d’une fumière et du bâtiment des génisses à 34 places.
Dernier aménagement en 2011, un bâtiment de 40 places + box de vêlage est monté en photovoltaïque. "Un très bon investissement". Sa particularité est d’être inversé : les veaux sont au soleil. Cela garantit une ambiance des boxes optimale.

Des chaleurs sous haute surveillance

Une attention toute particulière est portée au repérage des chaleurs. En effet, trois observations sont effectuées chaque jour avec précautions (sans bruit ni agitation) : le matin avant de soigner (7h30 à 8h00), en début d’après-midi (14h30 à 15h00) "on voit de suite. Si elles sont couchées, c’est qu’il n’y a rien", et enfin 5-10 minutes vers 17h30, "le temps de faire le tour".
Des spirales sont utilisées pour les vaches qui sont dehors.
L’utilisation du détecteur de vêlage sur la queue vient sécuriser les vêlages.

Des animaux sélectionnés

Jean réalise un planning d’accouplement pour les reproductrices avec son inséminateur. L’accent est mis sur les qualités maternelles : le lait et la fertilité, avec le travail du format consolidé, pour des vaches avec de bons bassins, aptes à vêler.

Perspectives

Les éleveurs souhaitent monter en puissance sur la production de taurillons, avec le regroupement de tous les vêlages de juillet à octobre.

Assolement

  • Prairies 50 ha
  • Luzerne 3.5 ha
  • Dérobée ensilée 11 ha (Avoine triticale vesce   pois RGI trèfle incarnat)
  • Maïs ensilage 8 ha
  • Maïs grain autoconsommé 10 ha
  • Maïs conso vente 9 ha
  • Maïs semence 8 ha
  • Tournesol 6 ha

Troupeau

82 mères Blonde d'Aquitaine, 20 Génisses / an

Reproduction performante

  • Age au 1er vêlage : 31 mois
  • IVV troupeau : 377 jours (2 campagnes)

Haute valeur génétique

  • IVMAT : 104.5 (race à 98.1) index synthétique : haute valeur génétique du troupeau
  • ALAIT : 102.2 (race à 100) pour des veaux qui démarrent vite et bien
  • DM : 103.8 (race à 99) aptitude bouchère pour répondre au marché
  • DS : 100.2 (race à 98.2) format maîtrisé

Indicateurs technico-économiques

  • Poids des carcasses : Vaches grasses : 540kg, JB : 475 kg
  • Consommation de concentré 1349 kg/UGB : A l’objectif technique en système naisseur-engraisseur