Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Élevage Médevielle à Aste Béon : passionnés de père en fils

Élevage Médevielle à Aste Béon : passionnés de père en fils

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Transhumants et performants, optimisant les atouts du territoire.

40 reproductrices sur 13 ha de prairies permanentes
La SAU de l'exploitation est de 13,20 ha, totalement en prairies permanentes avec un rendement estimé de 5.4 T MS/ha (foin et regain). Le chargement technique "apparent" dépasse les 4 UGB/ha. 

L'autonomie fourragère est assurée par :

  • la transhumance au Port d'Aste. Plus de 70 têtes y séjournent pendant 6 mois en 2 étapes : " près des granges " à 1000 m puis aux Communaux à 1400 m (groupement pastoral de 13 élevages),
  • l'achat de 140 boules de foin /an au syndicat du Haut Ossau.

d'où un chargement technique " corrigé " de 1.7 UGB/ha.

L'alimentation est adaptée à la transhumance.
La conduite alimentaire hivernale prévoit un "rattrapage" des reproductrices et des élèves selon l'état des animaux à la descente d'estive, leur poids et les objectifs de GMQ fixés avec Bovins Croissance.
Le système est basé sur le principe de la croissance compensatrice : "en système transhumant, il faut savoir perdre à un moment". En période de transition, au retour d'estive, les animaux bénéficient de foin à volonté pour refaire la panse.
Particularité : 20 tonnes de maïs sont incorporées "à façon" dans les deux aliments concentrés utilisés (reproductrices / finition).

Cyclicité maîtrisée : 380 jours d'IVV... fruit d'un suivi attentif et d'une conduite rigoureuse.
La stratégie de vêlages est adaptée au système transhumant (naissances recherchées entre août et janvier)
Un calendrier 21 jours et un détecteur de vêlage sont utilisés comme outils de suivi.
Rigueur de conduite :

  • "une vache vide à 3 mois est cassée" -
  • diagnostics de gestation systématiques à 45 jours (échographies)
  • fouille des reproductrices après vêlage (métrites, involution)
  • pas de vaches vides en estive

Le renouvellement important (30%) permet les réformes nécessaires.

Bâtiment ergonomique
Le grand volume garantit la qualité de l' ambiance. La circulation des personnes et des machines est aisée : couloirs de raclage et d'alimentation. Un couloir de contention est situé entre les boxes à veaux. Un jeu de barrières transforme les boxes à veaux en salle de tétée en deux mouvements. Les mères sont entravées : cela garantit la docilité et limite les frais de litière (toute la paille est achetée).

Une orientation génétique claire : du lait, de la viande, la capacité à vêler

  • ALait 103.2 (race 100.1)
  • AVel 101.7 (race 98.4)
  • DMsev 102.4 (race 99.4)
  • Et la cerise sur le gâteau : la finesse de cuir.

Les taureaux sont choisis d'après les index des mères.
Toutes les femelles présentes sont issues du troupeau, "des vaches de montagne de mères en filles", indispensable pour transmettre entre autres l'immunité contre la piroplasmose. "Les meilleures génisses sont celles qui ont tété leur mère en estive."

"On pensait connaître nos animaux à fond. Les pesées de Bovins Croissance nous permettent de voir que certaines vaches sont meilleures que d'autres, notamment pour la production laitière."

La passion et la rentabilité !
Les velles non gardées, et les moins bons mâles sont valorisés en vente directe de veaux rosés (8 à 10 par an). Les bons mâles sont vendus en broutards, les très bons mâles en reproducteurs.
4 à 5 réformes sont engraissées et valorisées en circuit court. La famille Médevielle s'est aujourd'hui constitué un réseau d'une centaine de clients fidélisés (locaux + Bordeaux).
Clin d'œil : "EVE", vache rustique de montagne à 688kg carcasse... et " finie " en 120 jours !
Une rentabilité garantie par une très bonne maîtrise des charges (directes et fixes) et la valeur ajoutée des produits (vente directe valorisant la génétique, primes PAC).

"Je ne regarde pas le temps que je passe avec mes vaches pour la détection des chaleurs, la santé et la docilité, car au bout j'ai de bons résultats économiques". C'est donc tout naturellement que Julien s'est installé sur l'élevage le 1er février.