Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Téléchargez le bulletin fourrages du 17 mars

Téléchargez le bulletin fourrages du 17 mars

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La végétation est toujours en avance de 4 à 8 jours, notamment en altitude, par rapport à l'an dernier. Les stades clefs de mise à l'herbe sur les prairies dactyle / fétuques et les PP fertiles (300°Cj)  sont maintenant atteints en montagne jusqu'à 800 m. 

RAPPEL : REPÈRES DE DÉMARRAGE D'UTILISATION DES PRAIRIES :

(Source INRA ; cumuls des températures en degrés jours (°Cj), à partir du 1er février, base 0 – 18°C)

Stades de la végétation

PT fertiles et précoces

(RG)

PP fertiles et précoces // PT dactyle ou fétuque

PP de fertilité moyenne

DEPART EN VEGETATION

= Mise à l'herbe

250

300

400

EPI 5 CM

= Fin déprimage

                          500

800

EPI 10 CM

= Fin transition alimentaire / 1er tour

500

600

1000

 

Ces repères, indicatifs, sont donnés dans l’optique d’optimiser l’utilisation de l’herbe offerte ; au-delà, il est difficile de ne pas être dépassé par la pousse lorsqu’elle explose, même avec un pâturage « organisé ». Ils sont à combiner à la hauteur d'herbe disponible. Il importe cependant de ne pas attendre, pour les 1ères sorties en fin d’hiver, une hauteur de végétation supérieure à 7 – 8 cm.

SITUATION AU 15 MARS 2020 :

D'après les relevés Météo France, les températures cumulées atteintes (comptées à partir du 1er février) varient de 398 (plateau de GER), à 510 degrés-jour (°Cj) (secteur ANGLET) ; ils sont de 425 à UREPEL, 436 à OLORON, 456 à PAU et 485°Cj à AICIRITS. 
Les simulations de calculs pour la zone Montagne, à partir des stations d'OLORON et d'UREPEL, donnent des cumuls atteignant les 365 °Cj à 600m, 335 à 700m et 310°Cj à 800m. 

La végétation est toujours en avance de 4 à 8 jours, notamment en altitude, par rapport à l'an dernier.
Les stades clefs de mise à l'herbe sur les prairies dactyle / fétuques et les PP fertiles (300°Cj)  sont maintenant atteints en montagne jusqu'à 800 m. 
En plaine et piémont basques, les prairies destinées à la fauche sont à écarter de la pâture, sous peine de les étêter. En Béarn et jusqu'à 400m d'altitude (UREPEL, plateau de GER), elles restent encore jusqu’à ce milieu de semaine pâturables sans risque ; à GER, on pourra « étirer » au maximum une petite dizaine de jours (à 11°C de moyenne), soit jusqu’au 24 mars. 

Les prévisions météo à venir font état de températures douces et de pluies éparses à partir de cette fin de semaine.
Les conditions climatiques restent prioritaires. Mais dorénavant, tout "créneau météo" (3-4 jours sans pluie sur terre portante ; plutôt une bonne semaine sur des terres plus lourdes) est à exploiter. La mise à l'herbe y est à effectuer, si pas débutée, toujours sous réserve de ressuyage suffisant. 
Les parcelles à privilégier sont les prairies « installées » (une bonne couverture végétale favorisant la portance) et les dérobées, éventuellement à réserver pour la pâture les jours de pluie, en réduisant le temps de présence pour limiter le piétinement. 

Il importe, dans la mesure du possible, de ne pas attendre une hauteur de végétation supérieure à 7 – 8 cm (hauteur cheville) pour les 1ères valorisations par le bétail ; et d'y laisser une hauteur d'herbe résiduelle de 5 cm (hauteur talon).

La distribution à l'auge et la mise à disposition de fourrage grossier (sans oublier la complémentation minérale en magnésium, voire en oligo-éléments, ces derniers afin d’assurer une couverture optimale, même au pâturage) sont à maintenir, afin de sécuriser un pâturage encore intermittent tout en facilitant les transitions alimentaires.


PÂTURAGE TOURNANT : QUELQUES CLEFS  

Le pâturage tournant permet d'exploiter ses prairies de façon optimale, tout en les laissant exprimer leur potentiel de production. Le principe est de faire circuler assez rapidement les animaux dans des parcs de dimensions restreintes. Ce type d'organisation permet de contraindre les animaux à bien valoriser toute la surface du parc, en maîtrisant les hauteurs d'herbe et donc en évitant les sur- et sous-pâturage, ainsi que les infestations parasitaires. 

Les repères clefs :

  • temps de séjour par paddock : maximum 4 jours
  • délai de retour entre 2 pâturages : de 21 à 28 jours au printemps, selon la précocité de la végétation des paddocks et le souhait d'y intégrer des parcelles de fauche (plus le délai est long, plus il y aura de paddocks à faucher) ; délai à allonger en été, en fonction des conditions plus ou moins poussantes
    •  de 6 à 8 paddocks par lot (homogène) d’animaux 
    • plus le temps de séjour est long, plus le délai avant retour est à allonger
      • hauteur d’herbe en entrée : 12 – 15 cm (10 - 12 pour des brebis) : hauteur bas / moitié du mollet 
      • hauteur d’herbe en sortie : 5 cm (3 cm pour les ovins) : hauteur talon
    • ou bien : entrée parcelle au stade 3 feuilles des graminées, sortie avant broutage des gaines
    • l'herbe doit être encore verte pour pouvoir redémarrer rapidement
  •  réserver à la fauche dès que la hauteur d'herbe dépasse les 15 cm : hauteur mi-mollet
    •  intégrer, parmi les paddocks de chaque lot d'animaux, 1 à 2 paddocks fauchables pour pouvoir ajuster selon la pousse de l’herbe
  •   localisation de la zone d'abreuvement à moins de 200 m de la zone de pâture.

La notion de 1 are / UGB / jour (pour une alimentation 100% à l'herbe au printemps) est un autre repère permettant de déterminer la surface journalière nécessaire à un lot d'animaux.
Au printemps, il est conseillé de disposer de 0,2 à 0,4 Ha / UGB, selon le type de conduite plus ou moins intensive du pâturage

Exemple :
Lot de 300 brebis, soit 300 x 0.15 = 45 UGB : si souhait de parcs pour 1j, la taille des parcs est de 1j x 0.01 Ha x 45 UGB = 0.45 Ha.
Si la pâture représente 80% de la ration, les parcs doivent alors faire 0.8 x 0.45 = 0.36 Ha.
Au printemps, cela fait de 7.2 à 9 Ha à dédier à ce lot pour la pâture, en 20 à 25 parcs, selon si temps de retour de 20 à 25 jours (en fonction de la précocité de la végétation).
NB : facilitation de la pâture des fonds de parcelles par les brebis si eau à proximité (témoignage d'éleveur de AYHERRE). 

AGENDA :

- Formation Piloter son séchoir de fourrages, vendredi 27 mars à BIDARRAY (mairie)
avec intervention d’un ingénieur thermicien spécialiste des flux d’air (S. ACKERMANN, société BASE INNOVATION), et visite d’une installation existante
AU VU DES CIRCONSTANCES, CETTE FORMATION EST REPORTÉE SINE DIE
n’hésitez toutefois pas à vous manifester si vous êtes intéressé ; merci


Contact : Marie Claude MAREAUX - CHAMBRE D'AGRICULTURE 64 - 05 59 80 69 92 - mc.mareaux@pa.chambagri.fr