Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Téléchargez le bulletin fourrages du 2 juin

Téléchargez le bulletin fourrages du 2 juin

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

SITUATION AU 31 mai 2020 

D'après les relevés Météo France, les températures cumulées atteintes (comptées à partir du 1er février) varient de #13401 (plateau de GER) à 1529 degrés-jour (°Cj) (secteur ANGLET) ; ils sont de 1393 à UREPEL, 11405 à OLORON, 1494 à UZEIN et 1529°Cj à AICIRITS. 
Les simulations de calculs pour la zone Montagne, à partir des stations d'OLORON et d'UREPEL, donnent des cumuls atteignant les 1220 °Cj à 600m, 1140 à 700m et 1075°Cj à 800m.

 

A FAIRE CETTE SEMAINE 

Les belles conditions météo de ces derniers jours ont donné la possibilité de faucher dans de bonnes conditions et relativement précocement, en particulier en montagne.
Les cumuls de températures, utilisés pour les 1ers cycles de végétation, importent peu maintenant ;  les repousses sont dorénavant conditionnées à la disponibilité en eau et à la « hauteur » de ces températures. Les pluies annoncées, accompagnées d’un retour à un fraîchissement plus  « conforme » à la période, vont permettre aux prairies de reverdir. Des repousses devraient ainsi être disponibles soit pour de la pâture soit, si les surfaces à pâturer sont suffisantes, pour des regains.
Dans un objectif (toujours) d'optimisation de la valeur alimentaire, ces repousses sont à utiliser idéalement avant 60 jours, voire plutôt 45 jours pour une prairie où les légumineuses sont majoritaires.

Toujours être vigilant concernant les repères de gestion de l'herbe : 

  • temps de séjour des animaux à limiter idéalement à 5 jours sur une même parcelle, avec sortie en laissant une hauteur résiduelle suffisante pour un redémarrage rapide de la végétation
    Quand/si les hauteurs d'herbe stagnent sur toutes les pâtures à 3-4 cm, les animaux doivent être maintenus et affourragés sur une seule parcelle « sacrifiée », ou retourner en bâtiment.
  •  temps de retour à adapter à la vitesse de repousse (au volume d'herbe disponible) ; la phase de pousse explosive étant passée, l'introduction de parcelles précédemment fauchées dans le circuit de pâture est à prévoir, pour se "caler" sur un temps de retour allongé à une trentaine (voire plus) de jours ; mais toujours, les hauteurs d'herbe commandent
  • hauteur de fauche à 5 – 6 cm, voire plutôt 7 cm s'il s'agit de luzerne.

La hauteur de fauche devra être d’autant plus haute que les stades de l’herbe seront avancés

Enfin, la combinaison chaleur et humidité actuelle est idéale pour la bonne levée des semis de dérobées estivales ; ne pas se priver de ce "levier fourrager", d'autant plus si un besoin de stock est mis en évidence par le bilan fourrager.

Et toujours : pensez aux analyses de valeur alimentaire. Des kits de prélèvement sont disponibles dans nos antennes ou sur demande. Le dépôt d'échantillons est possible à tout moment dans nos antennes.

RÉPONSES À QUESTIONS POSÉES : 

Semis de graminées estivales envisagé en garnissage d’une prairie existante ?

  • il faudra choisir une variété très agressive à l’installation (par exemple du sorgho fourrager multi-coupes, type Sudan x Sudan).

Eventuel semis de prairie sous couvert de sorgho fourrager multi-coupes ?

  • la période est bien trop tardive maintenant pour assurer la tenue des graminées prairiales « classiques » qui seraient semées ; le risque qu'elles disparaissent sous l'effet de la chaleur (si elles lèvent) est en effet élevé, même sous la plante abri que pourrait être le sorgho fourrager.
    Quitte à faire un semis de prairie en même temps qu’une graminée estivale, il faudrait plutôt l’envisager, exclusivement, avec des légumineuses, plantes de lumière et de jours longs. La légumineuse (par exemple de la luzerne) sera à semer à la dose normale, le sorgho fourrager à dose réduite (12 - 15 kgs /Ha maximum, au lieu des 25 habituellement recommandés).
    Autrement, des trèfles annuels (Alexandrie ; Perse ; vésiculé) se marient bien aussi au sorgho fourrager ; mais effectivement, ils ont le même cycle que le sorgho fourrager et disparaîtront à l’automne.


Contact : Marie Claude MAREAUX - CHAMBRE D'AGRICULTURE 64 - 05 59 80 69 92 - mc.mareaux@pa.chambagri.fr