Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Téléchargez le bulletin fourrages du 23 mars

Téléchargez le bulletin fourrages du 23 mars

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le stade repère du démarrage de la végétation pour les prairies les plus tardives (400°Cj) est donc atteint jusqu'à 700m d'altitude ; en zone Montagne, le bétail peut être dehors, sous réserve de portance et de hauteur de végétation à 6 – 8 cm, en priorité sur les parcelles destinées ultérieurement à la fauche en foin.

SITUATION AU 22 mars 2020 

D'après les relevés Météo France, les températures cumulées atteintes (comptées à partir du 1er février) varient de 473 (plateau de GER), à 602 degrés-jour (°Cj) (secteur ANGLET) ; ils sont de 507 à UREPEL, 514 à OLORON, 537 à UZEIN et 567°Cj à AICIRITS. 
Les simulations de calculs pour la zone Montagne, à partir des stations d'OLORON et d'UREPEL, donnent des cumuls atteignant les 435 °Cj à 600m, 400 à 700m et 375°Cj à 800m.
Ces cumuls sont en avance partout dans le département, comparativement aux moyennes de ces 10 dernières années ; pour février et mars ils sont d’ailleurs les plus précoces observés (de 5 à 7j par rapport à l’an dernier, qui était déjà une sortie d’hiver précoce pour la végétation).

Le stade repère du démarrage de la végétation pour les prairies les plus tardives (400°Cj) est donc atteint jusqu'à 700m d'altitude ; en zone Montagne, le bétail peut être dehors, sous réserve de portance et de hauteur de végétation à 6 – 8 cm, en priorité sur les parcelles destinées ultérieurement à la fauche en foin.
Le repère du stade « épi 5 cm », marquant la fin du déprimage (500°Cj pour les prairies les plus fertiles) est atteint partout ou quasiment en zone plaine et piémont ; il devrait l’être d’ici le début de la semaine prochaine à 600m. Passé ce stade « épi 5 cm » (le futur épi est dans la gaine, à environ 5 cm au-dessus du plateau de tallage, lui-même peu différent du niveau du sol), la végétation est étêtée, et les repousses exclusivement feuillues, pour les espèces ne remontant pas en épi. 
Les prés à valoriser en plaine et piémont sont donc maintenant ceux destinés à la pâture ; les prairies de fauche sont à préserver dorénavant pour éviter cet étêtage, si l’objectif est d’y assurer le stock. Elles peuvent encore être pâturées dans le souhait en revanche d’y privilégier la valeur fourragère, qui se fera au détriment cependant de la quantité qui pourra y être récoltée.

La position de ce futur épi peut être vérifiée en coupant la gaine d'une graminée (idéalement d'un dactyle, dont le pied est large) dans le sens de la longueur.


Programmer les 1ères fauches (ensilages / enrubannages / séchage en grange) : avant mi-avril
Les coupes précoces permettent de valoriser l'herbe des parcelles qui n'auront pas été déprimées ; elles permettent aussi de décaler les repousses, et de disposer d'herbe pâturable début juin.
Le stade de végétation à viser pour ce faire est le début épiaison des graminées, soit 700°Cj (prairies type RG) à 800°Cj (PT dactyle, PP fertiles) : les 1ers épis sortent, c'est à ce moment que le compromis rendement / valeur alimentaire est le meilleur, avec de l'herbe très ingestible et de très bonne valeur.
Le choix des parcelles est à porter sur celles le plus avancé en végétation (au-delà de 15 cm de hauteur d'herbe, soit mi-mollet), et /ou avec le plus d'adventices (renoncules, rumex, …) ou de graminées médiocres, pour limiter leur montée à graines.

Les RG sont prêts ou en passe de l’être (cf. photo J. LAFOURCADE, BC640, à LANNEPLAA le 20 mars ) : 

Toute fenêtre météo de 3 jours consécutifs de beau temps, pour permettre le ressuyage de l'herbe fauchée, sera donc à exploiter. Tapisser le fond du futur silo d’une couche de foin ou de paille, voire  de rafles de maïs broyées, pourra aussi limiter la fuite des jus (tout en gardant cette valeur alimentaire, riche en sucres, azote et potassium …).

Contact : Marie Claude MAREAUX - CHAMBRE D'AGRICULTURE 64 - 05 59 80 69 92 - mc.mareaux@pa.chambagri.fr