Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Puntxo Oxoby: Installation réussie

Puntxo Oxoby: Installation réussie

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

C'est au 1er Janvier 2013 que Puntxo Oxoby s'est installé à Saint-Martin-d'Arrossa. Son oncle, partant à la retraite, lui a cédé l'exploitation. Aujourd'hui, Puntxo gère une exploitation de 74 hectares avec pour atelier principal, un élevage ovin lait qui compte 200 brebis mères et 55 de renouvellement, ainsi qu'un petit troupeau de bovins viandes. Adhérent à la « société des Caves » de Larceveau, il y vend l'intégralité de sa production de lait sous signe de qualité « Ossau-Iraty », dont il doit doit respecter le cahier des charges.

Voir ailleurs comment cela se passe...

Puntxo décide d'aller travailler à l'extérieur sur d'autres  fermes exploitations : « Ma curiosité me poussait à aller voir ailleurs. Les différentes missions qui m'ont été confiées ont été un plus. Elles m'ont appris différents modes de gestion et voir différents systèmes de production. ». Durant sept années, Puntxo Oxoby est salarié agricole chez un entrepreneur agricole du côté d'Orthez : il enchaîne les campagnes de moisson, le suivie et récolte de cultures que ce soit pérenne (kiwi) ou annuelle (maïs), la manutention de troupeau de vaches, l'épandage... « Autant d'enrichissement personnel ! »souligne-t-il.
En fin de contrat avec l'entreprise, en Août 2012, fort de ses expériences, il entama la démarche et contacta le Point Information Installation. « Je me sentais prêt à assumer à part entière une exploitation et mon oncle allait partir à la retraite... ».
Ils ont donc fais appel aux services de la chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques. « Bixente Doyhenard et Joseph Lapebie m'ont tout de suite mis en confiance : leur dynamisme et leur compétence m'ont rassuré dans mon installation. »

Une installation réussie

Le projet de Puntxo est le suivant : conserver l'existant de l'exploitation tout en augmentant la technicité des méthodes d'élevage. Pour cela, le jeune installé désire construire un bâtiment. Par ailleurs, Prudent envisage de faire du défrichage pour augmenter sa SAU (Surface Agricole Utile). « Très motivé, la procédure d'installation a été très rapide. La maîtrise de ma précipitation a été importante car cela aurait pu m'induire en erreur. Heureusement, mon projet était dans ma tête depuis longtemps et j'étais soutenu... ».
Déjà titulaire d'un diplôme agricole, pour s'installer, il n'a pas eu besoin d'assister au stage de 21 heures. Cela lui a permis de se concentrer sur son PDE (Plan de Développement de l'Exploitation) : « Accompagné de mon oncle et d'un expert juridique, c'est tout de même  une tâche délicate : il faut tout voir, et prendre les bonnes décisions. Le plan achevé, faire marche arrière est très difficile. Il faut donc essayer de penser à tout avant d'enclencher la démarche. ». Son projet a été valider fin décembre 2012. « La passion du métier que l'on exerce est capital. Je pense, qu'avant de s'installer il faut vraiment être déterminé et prendre conscience des sacrifices que cela peut engendrer. »
Actuellement, l'exploitation tourne à plein régime : « Du 1er au 15 novembre, c'est plus d'une centaine d'agnelages qui m'attende... C'est un travail de surveillance et de gestion du troupeau. En attendant, j'ai les bottes de fougères à descendre des montagnes, mais j'aime cela... »dit-il en souriant.

Dans le contexte de son installation, Puntxo doit suivre son PDE. Durant 5 ans, il doit veiller à respecter l'étude économique inscrite.
Et déjà de nouveaux projets traversent l'esprit de notre jeune agriculteur... « L'idée de faire de la Vente Directe avec un atelier de transformation sur l'exploitation me plait. Outre le fait des retombées financières intéressantes, le contact avec la clientèle m'attire.  Certes cela reste un projet, mais cela permettrait de valoriser davantage mon produit. » De plus, cette passion de l'élevage le motiverait à faire un travail en matière de génétique : « En accentuant l'observation du troupeau toute l'année, sur le litrage, leur période d'agnelage...Je pense pouvoir déjà faire un peu de sélection : conserver les brebis à fort potentiel et faire partir les autres. C'est un effort supplémentaire mais qui je pense, peut être très vite récompensé. » dit-il sereinement.