Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Téléchargez le bulletin fourrages du 7 avril

Téléchargez le bulletin fourrages du 7 avril

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

D'après les relevés Météo France, les températures cumulées atteintes (comptées à partir du 1er février) varient de 571 (plateau de GER), à 732 degrés-jour (°Cj) (secteur ANGLET) ; ils sont de 600 voire un peu plus à ASSON et PONTACQ, 610 à LESCUN (à 495m alt.), 621 à OLORON, autour de 645 à UREPEL et UZEIN, 657 à LEMBEYE, et autour de 680°Cj à AICIRITS et BIDACHE.

Les simulations de calculs pour la zone Montagne, à partir des stations d'OLORON, de LARUNS (à 522m alt.), de LARRAU (à 1427m alt.), de MENDIVE et d'UREPEL donnent des cumuls atteignant les 565 °Cj à 600m, 525 à 700m et 490°Cj à 800m.

SITUATION AU 4 AVRIL 2021 :

En zone piémont et plaine, les graminées les plus précoces, qui ne sont pas les plus intéressantes d'un point de vue fourrager, commencent leur épiaison (houlque laineuse, brome mou), voire sont déjà au stade floraison (flouve odorante), ce qui est conforme avec les cumuls de températures qui y sont atteints.
Dactyle et fétuque nécessitent habituellement une dizaine de jours de plus pour atteindre ce stade début épiaison. Cependant, sur certaines parcelles, ces espèces voient déjà leurs épis apparaître, malgré les faibles hauteurs de végétation (l'avancement des graminées « sauvages » non pâturées est observable aussi sur les bords des fossés : ces espèces y sont déjà à épiaison).

Cependant, les successions de températures supérieures aux normales saisonnières et de nets fraîchissements, dans un contexte relativement sec, ont freiné la pousse. « Le froid ralentit la croissance végétative, mais pas la phénologie » (JP THEAU, INRA). Or, si le volume d'herbe produit dépend de la disponibilité en éléments minéraux et en eau, sa valeur alimentaire est liée à la phénologie (=les stades de végétation) … 
Pour les prés destinés exclusivement à la pâture, dans les conditions actuelles de pousse d'herbe au ralenti, le risque est plus au surpâturage qu'au gaspillage d'herbe. Il importe donc de veiller aux hauteurs d'herbe, avec entrée de parcelle avant les 15 cm de hauteur de végétation (hauteur mi-mollet), et sortie du bétail en laissant une hauteur d'herbe résiduelle de 5 cm (hauteur talon ; l’herbe doit encore être verte, et non jaune), et de freiner le passage des animaux sur les parcelles, si besoin, en ajustant les fourrages complémentaires : foin, maïs ensilage, pâture de dérobé, etc …

En zone plaine et coteaux, diviser, si ce n'est déjà fait, les grandes parcelles en parcs plus petits, que les animaux vont pâturer 3-4 jours maximum (cf. article précédent sur l'organisation du pâturage) ; intensifier la pâture permettra aussi de limiter les zones de refus où l'herbe est déjà épiée.
Les pâtures où l'herbe atteint en moyenne les 15 cm de hauteur sont à écarter du circuit et à réserver à la fauche, pour profiter au mieux de la valeur alimentaire de l'herbe jeune, et éviter de se faire déborder par la pousse des autres parcelles lorsqu'elle sera explosive, amenant alors à la consommation d'une herbe passée, de faible valeur alimentaire. Si la fauche n'y est pas possible, elles sont à réserver aux animaux à faibles besoins.
Les fauches précoces se profilent.

En zone montagne, toutes les prairies sont maintenant théoriquement pâturables. Le déprimage des prairies les plus fertiles (dactyle / fétuque) destinées à la fauche est à terminer, pour les parcelles jusqu’à 800 m. Les prairies plus tardives peuvent être pâturées encore un moment, sans risquer d'y amputer le rendement en foin.

 

Stades repères de la végétation et de l’utilisation optimale correspondante (en degrés jours °Cj (cumulés à partir du 1er février, base 0 – 18°C) ; d’après INRA, 2011 :

 

STADE DE LA VEGETATION

FIN DEPRIMAGE (Epi 5 cm, ou E5)

Epi 10 cm

(E10)

DEBUT EPIAISON

PLEINE EPIAISON

PLEINE FLORAISON

UTILISATION OPTIMALE DE LA PRAIRIE

Pâture sans amputer le rendement de la fauche ultérieure

Fin transition alimentaire / 1er tour

Ensilage, enrubannage, fauche pour séchage en grange

Foin précoce

(bonne valeur alimentaire)

Foin tardif

(riche en fibres)

PT fertile et précoce (RGA, houlque)

500

500

700

800

900

PT / PP fertile (dactyle, fétuques)

600

800

1100

1200

PP / PN tardive (agrostis, pâturin commun)

900

1000

1200

1500

1600

 

Ces repères, indicatifs, sont donnés dans l’optique d’optimiser l’utilisation de l’herbe offerte ; au-delà, il est difficile de ne pas être dépassé par la pousse lorsqu’elle explose, même avec un pâturage « organisé ». Ils sont à combiner à la hauteur d'herbe disponible. Il importe cependant de ne pas attendre, pour les 1ères sorties en fin d’hiver, une hauteur de végétation supérieure à 7–8 cm (cheville).
La position du futur épi, à 5 ou 10 cm au-dessus du plateau de tallage (zone peu différente du niveau du sol) peut être vérifiée en coupant la tige dans le sens de la longueur.

 

Concours des Pratiques Agro-Ecologiques : appel à candidatures 
Dans le cadre du Concours Général, et organisé cette année en Vallée d’Aspe, les regards croisés d’un naturaliste, d’un apiculteur, d’une géographe et d’un agronome sur la « valeur » de prairies naturelles sous « contrainte pédo-climatique » … 
Renseignements et inscription : MC MAREAUX

 

Contact : Marie Claude MAREAUX - CHAMBRE D'AGRICULTURE 64 - 05 59 80 69 92 - mc.mareaux@pa.chambagri.fr

Formations

Actualités en relation