Vous êtes ici : Accueil > Technique & innovation > Élevage > Palmipèdes et Volailles > Influenza aviaire : restons vigilants

Influenza aviaire : restons vigilants

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Abaissement du niveau de risque : Négligeable à compter du 9 juin 2022

Au 9 juin 2022 : Abaissement du niveau de risque sur l'ensemble du territoire

Du fait de la situation sanitaire satisfaisante au regard de l'IAHP en France, le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire a décidé d'abaisser le niveau de risque vis-à-vis de l'IAHP à "négligeable" sur l'ensemble du territoire national.

Cette décision formalisée par la publication d'un arrêté ministériel  au Journal Officiel le 8 juin rentre en vigueur le 9 juin.

Les mesures de biosécurité renforcée, dont notamment la mise à l'abri des volailles et palmipèdes, sont donc levées sur l'ensemble des élevages avicoles.

Plusieurs raisons justifient cette décision d'abaissement du niveau de risque, parmi lesquelles figurent la réduction voire la disparation de couloirs migratoires actifs, une élévation des températures extérieures réduisant la survie du virus dans l'environnement et la nécessité de permettre la sortie en plein air des volailles et palmipèdes habituées à ce mode de production.

Retrouver le Communiqué de presse ici

La vigilance et l'application stricte des mesures de biosécurité reste de mise

Au 13 mai 2022 :  Possibilité d'accès aux parcours réduit en palmipèdes (IT du 13 mai 2022) et gallinacés

Le département 64 est au niveau de risque élevé et zone indemne

- PAG : parcours extérieur réduit protégé par un filet ou non, autorisé à partir de la 5e semaine d'âge
- gallinacés : parcours extérieur réduit, autorisé à partir de la 8e semaine d'âge

Ces dérogations sont valables jusqu'au 15/06/2022, au-delà les conditions générales de mise à l'abri seront restaurées.

Au 9 mai 2022 : AM modifiant le niveau de risque IAHP (sauf sur 19 départements, dont le 64)

Compte-tenu de l'ampleur de la crise cette année, de la détection encore très récente de foyers en élevage et dans l'avifaune sauvage, ce texte prévoit :

1- le maintien du niveau de risque élevé dans 19 départements métropolitains (visés en annexe de l'arrêté) touchés encore récemment par le virus ou comportant encore des zones réglementées ou proches de départements touchés
Le département des Pyrénées-Atlantiques est concerné par le maintien du niveau de risque élevé.
Dans ces départements, le niveau de risque sera réévalué d'ici fin mai en fonction de la situation sanitaire, en tenant compte de l'existence ou non d'un zonage réglementé.

2- le passage en niveau de risque modéré sur le reste du territoire national.

En conséquence, dans les 19 départements concernés par le niveau de risque élevé, la mise à l'abri reste obligatoire.
Une instruction technique de la DGAL permet, par dérogation, jusqu'au 15/11/2022 maximum, de pouvoir donner accès à un parcours réduit aux poulets à partir de 8 semaines d'âge (et non plus 10 semaines comme prévu précédemment).

Les volailles de basses-cours doivent rester claustrées ou sous filets de façon impérative.

Vous pouvez télécharger :

Au 26 avril 2022 : Ensemble des communes en zone indemne

L'arrêté préfectoral n°DDPP64/SPAE/2022-477 signé ce jour, précise la levée de l'intégralité de la zone réglementée IAHP dans les Pyrénées-Atlantiques
(suite à une période de 4 semaines après passage en ZSA de la zone de dépeuplement).


L'arrêté prescrit également la poursuite de la surveillance des lots remis en place jusqu'au 25/04/2022 dans les 33 communes de la zone nord (liste en annexe de l'AP).
Attention, certains mouvements d'animaux (volailles provenant de zone réglementée et cas des anciens foyers) restent soumis à démarche préalable (audit biosécurité, LP) et surveillance.

Les demandes de remises en place devront impérativement être déposées sur le site internet Démarches Simplifiées :

https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/ddpp64-iahp-declaration-mise-en-place-repeuplement


La situation sanitaire nationale, notamment dans des départements proches du sud-ouest (Lot et Dordogne), est encore très évolutive.
Cela implique de respecter très strictement les règles de biosécurité, de maintenir un haut niveau de vigilance sur la surveillance clinique et les signes d'alerte et, le cas échéant, informer sans délai un vétérinaire.

 

La plus grande vigilance est de mise sur la circulation des animaux, des véhicules, du matériel, et des personnes.


Il est impératif :
- que les règles de biosécurité (ND des véhicules, tenues dédiées/change/voire douche en entrée et sortie d'élevages...) et la mise à l'abri soient strictement respectées,
- de stopper toute intervention non essentielle en élevage,
- d'appliquer régulièrement de la chaux vive autour des bâtiments d'élevage et sur les lieux de passage,
- que les éleveurs et détenteurs de volailles ne se rendent pas dans d'autres élevages,
- qu'aucun rassemblement d'éleveurs/détenteurs de volailles/oiseaux n'ait lieu,
- que les chasseurs n'entrent pas dans un élevage de volailles et évitent les contacts avec les éleveurs de volailles/oiseaux, le virus étant certainement déjà présent dans l'environnement.
- que tout élevage avicole et tout mouvement soit déclaré en base de donnée électronique.

Toute suspicion clinique (dont baisse de consommation) doit être signalée sans délai à un vétérinaire sanitaire.
La biosécurité n'est efficace que s'il y a combinaison des différentes mesures.
Le non-respect des mesures expose à des sanctions pénales et/ou administratives (indemnisation).

Le virus est très présent dans l'environnement.


Cliquez ici pour connaitre la liste des communes du 64  concernées par les ZRP (Zones à risque particulier, zones humides) et ZRD (Zones à risque de diffusion)

Pour en savoir plus : Arrêté du 29 septembre 2021 définissant les zones à risque de diffusion du virus de l'influenza aviaire

Voici ce qui change en production de volailles et palmipèdes avec la mise en place de nouveaux arrêtés biosécurité qui s'appliquent à compter du 30 septembre 2021

Le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation vient de publier deux nouveaux arrêtés relatifs aux mesures de biosécurité et aux zones à risque de diffusion (ZRD) du virus Influenza Aviaire. Ils s'appliquent à compter du 30 septembre 2021.

Tout ou partie des indemnisations prévues en cas de foyer d’influenza peuvent être refusées en cas de manquement constaté dans l'application des mesures précisées ci-dessous.

► Définition de nouvelles Zones à Risques de Diffusion (ZRD)  du virus de l'Influenza aviiare

Les ZRD correspondent à des zones à forte densité d'élevage. En ZRD, en risque modéré, les exploitations de palmipèdes et/ou de volailles doivent respecter des mesures particulières.
Nous vous rappelons que la France est passée en risque modéré depuis le 10 septembre 2021.

Les Zones à Risques Particuliers (ZRP) sont maintenues.

► Obligation de faire réaliser une évaluation annuelle  de l’application du plan de biosécurité par un organisme tiers. Toutefois, lorsque les conclusions sont favorables, l’évaluation est renouvelée au bout de deux ans.

Les organismes tiers autorisés sont les organismes à vocation sanitaire, les vétérinaires habilités désignés, les Chambres d’agriculture, les groupements de producteurs, les organismes certificateurs. Pour les élevages de volailles reproductrices, l’évaluation est réalisée par le vétérinaire habilité désigné.

► Obligation de déclarer son exploitation et les mouvements des animaux (entrées/sorties) par voie électronique (portail BdAvicole)

Pour en savoir plus, consulter notre page BD Avicole

Les éléments à fournir pour la déclaration de votre exploitation sont les suivants :

  • Nom ou raison sociale de l’opérateur
  • Adresse de l’établissement
  • Numéro de téléphone
  • Numéro SIRET de l'établissement
  • Adresse courriel de contact
  • Bâtiments ou enclos destinés à la production de volailles ainsi que, pour chacun d'entre eux :
    . coordonnées géographiques conformes au système national de référence de coordonnées défini au décret 2000-1276 susvisé
    . surface
    . espèces susceptibles d'être hébergées
    . capacité d'hébergement correspondant à chaque espèce.

Les éléments à fournir pour la déclaration de vos animaux (entrées-sorties) sont les suivants :

  • SIRET, nom ou raison sociale, adresse de l’opérateur
  • Espèce de volailles
  • Code INUAV du bâtiment d'élevage ou d’enclos attribué
  • Date d’entrée/sortie
  • Nombre total de volailles
  • Code INUAV couvoir ou l’élevage d’origine
  • Coordonnées de l’abattoir ou le code INUAV du bâtiment pour la sortie.

► Nouvelles conditions pour la mise à l'abri :

Dès que le niveau de risque le précise, la mise à l’abri peut être rendue obligatoire. De nouvelles conditions de mise à l’abri sont demandées selon l’espèce et l’âge des animaux.

Espèces

Zonages

Modéré

Elevé

Palmipèdes

ZRP

Application des nouvelles règles de mise à l’abri

Application des nouvelles règles de mise à l’abri

ZRD

Application des nouvelles règles de mise à l’abri à tous les palmipèdes âgés de moins de 42 jours. Ces mesures s'appliquent aux palmipèdes précités pendant la durée d'élevage du lot jusqu'à ce que le niveau de risque soit qualifié "négligeable".

Reste du territoire

 

Volailles

ZRP

Application des nouvelles règles de mise à l'abri

Application des nouvelles règles de mise à l’abri

ZRD

 

Reste du territoire

 

Dispositions spécifiques aux palmipèdes :

Voici les conditions de mise à l'abri des animaux, de l'abreuvement et de l'alimentation :

PAE (dès la 5ième semaine d’âge) en bâtiment fermé avec une densité max de 6 PAE/m²

PAE (dès la 5ième semaine d’âge) en abri léger avec une densité max de 4 PAE/m²

PAE élevés en circuit court autarcique avec un seuil maximal de 1 500 animaux de 5 à 17 semaines d’âge et une densité maximale de 2 animaux/m²

Toutes espèces et modes de production (excepté ceux-ci-dessus)

 

Dispositions spécifiques aux volailles :

Voici les conditions de mise à l'abri des volailles, de l'alimentation et de l'alimentation :

Gallus, pintades et dindes en petits bâtiments (120 m² de surface maximale) ou   en élevé en système circuit court autarcique ou Gallinacées élevés en « plein air », sous labels ou en agriculture biologique

Gibier (faisans, perdrix, cailles, colverts…) – Pintades

Toutes espèces et modes de production (excepté ceux-ci-dessus)

Autres mesures en ZRD

En risque élevé, un dépistage virologique des Influenza aviaires est imposé avant tout mouvement de palmipèdes prêts-à-engraisser d’un site d’exploitation à un autre dans les 72 heures précédant le mouvement. Les analyses doivent être réalisées par un laboratoire agréé ou reconnu. Les frais d’analyse sont à la charge du producteur.

L’accès d’intervenants extérieurs à la zone professionnelle des élevages est limité aux seules situations de stricte nécessité ou d’urgence.

Tous les véhicules doivent être désinfectés en entrée et sortie de la zone professionnelle des élevages.

Sans oublier les autres obligations qui s'appliquent :  

  • Formation des personnes en contact avec les animaux
  • Réalisation d’un plan de biosécurité complet avec présence des 12 points conformes
  • Présence et utilisation du sas pour accéder à la zone d’élevage
  • Tenir à jour le registre d’élevage (enregistrement des visiteurs)
  • Accès sur la zone d’élevage des seules personnes indispensables
  • Conduite en bande unique par unité de production
  • Surveillance quotidienne des animaux et connaissance des critères d’alertes
  • Nettoyage et désinfection des installations en fin de bande suivis d’un vide sanitaire
  • Collecte et conservation des cadavres dans un équipement adapté et situé sur zone dédiée à l’équarrissage (zone publique)
  • Maintien du bon état de propreté des abords des bâtiments et des parcours
  • Marres et plans d’eau interdits
  • Gestion des nuisibles
  • Protection de l’alimentation, de l’abreuvement et de la litière
  • Gestion des effluents (évacuation, stockage, assainissement, épandage)
  • Attribution d'un identifiant national unique (INUAV) pour chaque bâtiment ou enclos

Dispositif : Crise Agricole

Auprès de la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques :

Ensemble pour la Relance des Agriculteurs fragilisés : 0800 62 00 69 (numéro vert)

  • La force d'un réseau de proximité
  • La garantie d'ëtre respecté
  • Un engagement de tous pour rechercher des solutions adaptées

Auprès de la MSA :

Télécharger la plaquette ou cliquer sur criseagricolemsa.blf@remove-this.sudaquitaine.msa.fr pour en savoir plus